hérésies sans fin

Montagne Sainte-Geneviève, errance paienne
gyrovague, chrétienne
Ronde dansant les rimes
De feue la Coquille.
Pélérinage sans fin
Où les antres de sagesse et du boire,
Ouvrent l'accès de solaire ta mémoire.

La noce de tes enseignes à laquelle présidait le poète,
Cette nuit là où le Pet-au-Diable te fut dressé
comme un rempart où échapper
à la sobriété de tes enfers
où règne toujours l'Université

ressuscite d'obscures alliances
Que tu célèbres,

Solitude
Ou forteresse.

Repues franches persistent à affamer
Les soifs des étudiants qui pendent comme une enseigne détournée
à l'ivresse du temps
Et que Rutebeuf devine participer de son tourment
Sans savoir qu'à rebours la souffrance est sortilège.

St Benoit le Bétourné, l'occident de ton espoir
S'est abattu rue St Jacques sans laisser d'issue à ton regard

Ainsi l'ironie de la ville conquiert
Jusqu'aux visions qui s'y accrètent
galaxies vivantes
églises absoutes de leurs mistères
Ou de la mer.

 

    Mots-clés: